Billie : continuons à partager nos lectures ...

Publié le par les py qui chantent

Billie : continuons à partager nos lectures ...

Oui, j'ai triché : j'ai commencé à lire avant de partir. Mais c'est tellement bon, surtout quand la vie est compliquée, de plonger dans un bouquin, comme en apnée, dans le bain et l'histoire d'un autre, qui vous isole le temps d'un chapitre, et vous redonne de l'air pour la journée suivante.

Donc, je viens de lire Billie, parce que j'aime beaucoup Anna Gavalda, et que j'avais repéré sa couverture rigolote cet hiver chez mon amie Juliette (elle se reconnaitra). J'avais adoré Ensemble, c'est tout qui m'avait fait découvrir l'auteure bien avant qu'il ne connaisse son succès cinématographique. C'est amusant d'ailleurs, je dois être particulièrement bon publique car je retrouve souvent à l'affiche du cinéma le dernier roman que je crois avoir découvert quelques mois plus tôt (et pour peu que ce soit un roman étranger, il vient à peine d'être traduit et donc lu qu'il parait en images!) J'ai ainsi pu lire en avant première : Odile tout le monde et autres histoires, Slumdog millionnaire (ou La fabuleuse aventure d'un indien malchanceux qui devint milliardaire), ou plus récemment, La couleur des sentiments, Mange prie aime, et je vous passe Manon des sources et Jean de Florette...

Bref Billie m'a décontenancée. D'abord le style écriture parlée de la rue, ça va quelques lignes mais je m'en lasse vite, surtout quand on connait la plume légère d'Anna Gavalda. Mais je n'ai pas eu trop le temps de m'agacer puisque j'ai rapidement été happée par l'histoire d'amour des deux petits moineaux tombés du nid. J'en était presque à relire Alfred de Musset lorsqu'au détour d'un chapitre je retombe dans le gouffre initial où j'ai découvert notre petite héroïne mal élevée ( enfin pas élevée du tout). Les deux moineaux ont grandi et se posent des questions d'adultes très actuelles ( les mêmes que tous les français l'année dernière : c'est une histoire très contemporaine), quand tout à coup youplà boum ils s'aiment et c'est fini !

Ce n'est pas un coup de poing, ça n'en a pas la violence, non, juste une bourrasque qui me secoue un peu et me laisse un épi derrière la tête...

Publié dans lecture, loisir

Commenter cet article