Le marathon de fin d’année

Publié le par les py qui chantent

Le marathon de fin d’année


La période des fêtes à Djibouti s’étend de la mi-décembre à début Janvier ; avec l’enchainement du grand Bara, une semaine en France pour fêter Noël en famille, le retour à Djibouti pour passer le nouvel an sur une île, et jusqu’à la reprise des cours début Janvier.

Cette année nous avons choisi de faire le grand Bara autrement. Depuis plusieurs semaines déjà nous avions déclaré forfait, faute d’entrainement, mais c’était sans penser aux enfants, qui eux comptaient bien sur la nuit dans le désert, la balade et la course. Nous sommes donc partis la veille en famille, avec nos vélos, nos glacières et nos lits picot. Agathe a entrainé son père dans une marche folle : avec Vincent, sergent de la brigade des pompiers de Marseille, paraplégique et un peu barjot, qui venait là pour s’entrainer dans le projet fou de parcourir en 2017 la Death Valley du nord au sud, en fauteuil roulant ! Ils sont donc partis de nuit à 4H30, pour parcourir les 15 km prévus en moins de cinq heures. Arthur les a vite rattrapés en vélo, il est parti à six heures en même temps que les coureurs, au passage des mirages 2000.
Et moi, j’ai assuré le soutien logistique avec Alexandre qui a profité du calme après le départ pour s’entrainer au vélo sans roulettes (et oui quand même !)


Quelques jours plus tard nous repartions pour la France via Istanbul. Une petite parenthèse en
famille et entre amis pour fêter Noël, dans une autre sorte de course : papi, mamie, tontons, tata, et les cousins, soirées, champagne, foie gras et compagnie, shopping à gogo et beaucoup d’émotions, de décalages horaires et climatiques…


Nous sommes revenus à Djibouti après une escale mouvementée à Istanbul où il neigeait,
pas très frais pour le nouvel an, organisé sur l’île de Mascali. Heureusement les dauphins nous
attendaient sur le chemin et nous ont remis du baume au cœur pour une nouvelle fiesta avec
comme dress code : chemise cravate et maillot de bain pour les messieurs, robe de soirée et
tongs pour les dames.


Le week-end n’a pas été de trop pour remettre les pendules à l’heure et défaire toutes ces valises de chaud, de froid, de cadeaux et d’achats frénétiques. Nous avons repris le train-train en douceur : boulot pour les parents, devoirs pour les enfants et sorties en famille dans la région : le refuge Décan, les scouts, et peut-être les requins baleines le week-end prochain…

Le marathon de fin d’année
Le marathon de fin d’année
Le marathon de fin d’année

Publié dans famille, voyage

Commenter cet article